ecowas-anniversary-logo-e1420645070186

CEDEAO: Quarante ans après, quelles perspectives pour l’avenir? Mûs par un profond désir de propulser l’Afrique de l’Ouest vers la voie du développement économique, les chefs d’Etat et de gouvernement de la région ont mis sur pied en 1975 la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le traite de Lagos mettant en place la CEDEAO a été signe par 15 pays avec pour objectif principal la promotion de l’intégration régionale à travers la coordination et le développement de la coopération économique. En 40 ans d’existence, la communauté a dû faire face à une multitude de défis politique, économique et social. Les premières années de la décennie 1990 ont été marquées par la guerre civile dans certains états membres de la CEDEAO tels que la Sierra Leone, le Liberia et la Cote d’Ivoire. Dans le passé, la région a été aussi le théâtre de maints changements inconstitutionnels, généralement sous forme de coups d’état ce qui a valu à l’Afrique de l’Ouest d’être considérée comme une région sujette à des gouvernements non démocratiques et instables. Cependant, de nos jours, tous les États ouest africains ont des gouvernements qui ont été élus de manière démocratique. Les changements inconstitutionnels de gouvernement ne sont plus tolérés au sein de la communauté.  Dans un autre registre, Le défi apparemment insoluble que posait Ebola à la région a pu être relevé ; l’épidémie ayant été depuis contenu dans la région. Même si d’autres grands défis subsistent tels que la piraterie, le terrorisme, l’insuffisance d’infrastructures, la corruption, la mauvaise gestion des ressources naturelles, pour ne citer que ceux-là, l’avenir de l’Afrique de l’Ouest et de la CEDEAO semble prometteur, d’autant plus que la communauté travaille à élargir son espace, pour passer d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples. Plus récemment, le virus Ebola, un autre problème apparemment insoluble auquel la région a dû faire face, a été contenue. En dépit des problèmes comme la piraterie, le terrorisme et la médiocrité des infrastructures, de la corruption et des conflits dus aux ressources naturelles, l’avenir est prometteur pour l’Afrique de l’Ouest et la CEDEAO ; Surtout que la CEDEAO transite de la CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples. Cette édition spéciale du West Africa Insight passe en revue le bilan de la CEDEAO en 40 ans d’existence. Elle examine aussi la manière dont la communauté met en œuvre sa vision et sa mission depuis sa création.  Dans leur contribution à cette présente édition, Babatunde Afolabi, Ayuba Larab et Terfa Hemen portent leur réflexion sur le cadre de prévention, de gestion et de règlement des conflits de la CEDEAO. Selon eux, les expériences de la CEDEAO particulièrement dans les années 90 a conduit à l’adoption de la paix et la sécurité comme socle. Retraçant l’historique de l’organisation régionale dans le rôle précurseur qu’elle a joué en matière d’Opérations de soutien de la paix (PSO), nos contributeurs défendent aussi l’idée selon laquelle cette approche du développement et de l’intégration qui met au-devant la sécurité a fortement influencé la décision des Etats membres de suivre la même ligne politique. Dans sa contribution sur l’agriculture en zone CEDEAO, Kopp Dabugat estime que l’adoption de la Politique agricole de la CEDEAO (ECOWAP) constitue un pas essentiel vers la sécurité alimentaire dans la région. Il va plus loin en disant que les pressions démographiques sur les ressources naturelles, le faible développement des ressources en eau et le changement climatique sont autant de défis majeurs qui dans l’avenir auront des répercussions néfastes sur la région. La réponse de la CEDEAO face aux urgences de santé publique auxquelles fait face la région ouest africaine sont également examine dans cette édition. L’article de Chris Kwaja est centré sur la nature dévastatrice des épidémies comme le virus Ebola, la fièvre de Lassa et le choléra, entre autres. Selon lui, les défis liés à la faiblesse du système de surveillance épidémiologique, à l’absence d’une bonne préparation et au manque de ressources financières et logistiques conséquentes sont les principales causes de l’incapacité de la Communauté à répondre de manière adéquate à ces urgences de santé publique dont les conséquences sont énormes sur le plan humanitaire. Il conclut son analyse par un appel appuyé pour une plus grande mobilisation de ressources humaines et financières pour venir à bout de cette situation. Quant à la contribution de Nengak Gondyi, elle porte sur le Protocole sur la libre circulation de la CEDEAO et sur la migration régionale. Selon lui, bien que la région CEDEAO constitue la plus grande zone de libre circulation en Afrique, des défis subsistent en matière de mobilité dans la sous-région. Solomon Eborah évalue le rôle de la Cour de justice de la communauté de la CEDEAO, qui est le principal organe judiciaire chargé de l’application des lois en vigueur au sein de la communauté. Selon Eborah, la Cour qui a été officiellement lancée 26 ans après la naissance de l’organisation peine toujours à jouer pleinement son rôle, du fait notamment du manque de volonté des Etats membres, mais aussi des citoyens de la CEDEAO à respecter les décisions qu’elle prend. Le voyage vers l’intégration économique reste l’un des principaux défis auxquels est confrontée la CEDEAO. Akpan Ekpo abonde dans ce sens et pense que l’intégration économique de la région demeure depuis sa naissance la mission première de l’organisation. Pour lui, l’intégration économique constitue la base fondamentale pour la création de l’organisation il y’a de cela 40 ans. Cependant malgré les efforts de la CEDEAO pour arriver à cette intégration, Ekpo reconnait que le manque de coordination entre les États membres sont une entrave à ses efforts. Sans nul doute, les différentes réflexions présentées dans cette édition spéciale sur les 40 ans de la CEDEAO seront, de la part du Centre pour la Démocratie et le Développement (CDD), d’un grand apport à l’important débat en cours sur la meilleure stratégie à adopter par la CEDEAO pour mieux propulser l’Afrique de l’Ouest vers la voie de la paix, de la sécurité, de la bonne gouvernance, de la croissance économique, et du développement. Bonne lecture à tous…

WEST AFRICA INSIGHT ECOWAS AT 40 EDITION – DOWNLOAD NOW