SEME

La Frontière, le Terreur et les Défis pour la prospérité en Afrique de l’Ouest
Il est un autre mois merveilleux et nous sommes transporte de joie de vous parvenir à travers The West Africa Insight, qui est devenu notre point de rencontre pour discuter des problèmes différents configurant notre région et le reste de l’Afrique. Dans cette édition, nous nous concentrons sur deux questions d’actualité qui continuent à confisquer notre région dans ses efforts vers la consolidation démocratique: frontières et le terrorisme
D’une part, nous examinons la nature et l’évolution des frontières et les défis de les protègent efficacement à cause du manque de capacité de l’Etat à la face du problème croissant du terrorisme et de ses implications transfrontalières. D’autre part, nous explorons le potentiel économique existant dans ces zones frontalières et comment, si elles sont bien gérées, elles peuvent être un stimulant, non seulement pour les pays individuel, mais aussi pour la région toute entière.
Depuis les origines des Etats d’Afrique de l’Ouest en tant que créations coloniales à leurs défis de la nature topographique soit par la littoral Atlantique ou le désert aride du Sahel l’administration de ces espaces dans l’époque coloniale a été difficile. Dans ce contexte, la plupart de ces espaces sont devenus une menace pour la sécurité et la coexistence pacifique. Au lieu d’être la base forte pour l’interaction socioéconomique et politique, ils ont rapidement devenu un terrain dangereux pour la région et son peuple
Dans le Golfe de Guinée et au bord de la littoral Atlantique, les activités des pirates, les militants, les trafiquants de drogue sont devenus une source majeure de préoccupation. Les niveaux des menaces en hausse ont donné lieu à plusieurs initiatives de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), aux côtés d’autres acteurs. A la même ligne, les zones frontalières du Sahel ont été confrontées à plusieurs menaces de sécurité. Ces derniers temps, les activités des organisations terroristes ont créé un bourbier sérieux pour la région. Les activités de Boko Haram, Al-Qaïda au Maghreb (AQMI) et d’autres organisations des extrémistes ont plus exposé l’inefficacité et le manque de capacité de l’État à gouverner les frontières, cela se manifeste dans des actes affreux de terreur et ses implications transfrontalières.

Etroitement lie à ce problème croissant de la trafique des personnes et de drogues, qui exploite aussi le manque de sécurité adéquate et efficace au bord et à travers les frontières,la coopération régionale entre les Etats d’Afrique de l’Ouest est le seul moyen par lequel ces défis peuvent être relevés. Bien qu’il existe des efforts en cours pour, la situation actuelle a demande une urgence si la région va exploiter en mesure les avantages potentiels de leurs frontières.
Même en Afrique de l’Ouest se pose au défi de gérer ses frontières, il est important de souligner que ces zones possèdent un énorme ressource économique qui peut avoir un effet retentissant sur les régions et ses peuple. Ceci est illustré dans l’article de Leena Hoffmant et Paul Melly, qui examinent le commerce en plein essor, mais qui n’est pas enregistrée au bord des frontières du Nigeria aussi que le Niger, le Bénin, le Cameroun et Chad. Les niveaux d’augmentation du commerce informel sont dans une grande partie à cause des politiques des pays, qui découragent nombreuses de personnes et les entreprises qui normalement devraient être dans le secteur formel sont allée au secteur informel. C’est à cause de cette situation que ces pays et les régions ont perdu une énorme quantité de ressources financières qui auraient été réalisés par l’Etat. Comme les ressources continuent à diminuer, le fardeau reste sur les pays de la région à découvrir des moyens de se procurer des revenus aboutissant du commerce pour augmenter leurs sources de revenus.

En tant que Al-Qaïda au Maghreb et ISIL continuent leur lutte contre l’Afrique de l’Ouest par le dernier nombre des attaques à travers la région, TerfaHemen dans son article interroge la tactique du terrorisme tel qu’il est utilisé par les acteurs qui ne sont pas de l’Etat et demande si elles ont eu des succès. Cette édition met également en évidence le fait que malgré que l’attaque de Boko Haram ait détruit la région, il y a eu des voix contradictoires a travers des quartiers, dénonçant les messages d’extrémismes du groupe. Le plus âgés membre de CDD, Prof Sanni Umar explore certains de ces récits pour montrer que, contrairement à ce que la plupart entretient de dire, il y en a des musulmans qui sont contre les vues extrémistes établie par une minorité au milieu des cercles islamiques. Nous espérons que l’éventail d’enquête dans cette édition fera une lecture intéressante et encourageante. À bientôt.

Idayat Hassan
Director, CDD

DOWNLOAD WEST AFRICA INSIGHT BORDER EDITION